Tours fait dans la modernité avec l'addition sur tablette

331 lectures

Imaginée par d’anciens étudiants de l’École de commerce de Tours, une application dédiée aux restaurateurs est testée à la foire.

par-mobile-phot2o

Se servir de tablettes numériques pour gérer les commandes et la caisse d’un restaurant, il fallait y penser ! Quatre jeunes associés, dont deux anciens élèves de l’École de commerce de Tours, viennent de lancer « L’addition », une application pour iPad testée au village gourmand de la foire de Tours par Goran Djuric, le patron de la Cave à manger, place de Châteauneuf.

Verdict du professionnel : « C’est pratique d’utilisation et compétitif. » A Tours comme ailleurs, cette solution pourrait donc faire florès chez les restaurateurs, de la sandwicherie de quartier à la table gastronomique. « Après plus d’un an de travail, nous venons de mettre cette application sur le marché il y a une dizaine de jours, et nous avons déjà une quarantaine de prospects intéressés », confirme Sébastien Constant, l’un des dirigeants d’une petite entreprise qui ne demande qu’à grandir.
Outre les commandes en salle et les encaissements, ce système permet aussi de dialoguer à distance avec les clients, à condition de le relier à une messagerie par l’intermédiaire d’Internet. Le consommateur peut, par exemple, envoyer un mail pour réserver, et le restaurateur publier ses menus ou inviter ses habitués à des événements particuliers.
Le matériel nécessaire ? Un iPad donc (classique ou mini), une imprimante, un tiroir-caisse et un réseau Wifi. « Nous pouvons tout fournir en location mais ce n’est pas obligatoire », explique Sébastien Constant, légitimement fier de son “ bébé ”. « Notre cœur de métier, c’est l’installation et la configuration de cette application. »
Précurseurs en la matière, les inventeurs de « L’addition » comptent profiter de leur avance pour prendre le meilleur sur la concurrence. « Nous avons lancé ce projet en autofinancement complet, en réunissant 120.000 € précise Sébastien. Actuellement, plusieurs capital-risqueurs et aussi des banques s’intéressent à nous. Nous devrions pouvoir réunir les 500.000 € pour passer à la vitesse supérieure et répondre aux attentes du marché. »

insolite

J’ai testé le trike

C’est vrai, je n’ai pas forcément une âme de motard ni un look de biker, mais quand j’ai vu les trikes de Trike Centre (à Sorigny), je n’ai pas pu résister à l’idée de m’asseoir au guidon. Bon d’accord, pas de grands espaces, d’Ouest sauvage ni de Route 66 pour moi : je suis resté sagement à l’arrêt au stand, à la foire. Juste le temps de m’y croire un peu. Au départ, explique le patron, « ce sont les vétérans du Vietnam qui ont lancé la mode des trikes : souvent, ils revenaient de la guerre blessés et ne pouvaient plus faire de moto. » Et aujourd’hui, en France, le triker type a plutôt la cinquantaine, profession libérale (à l’achat, il faut compter plus de 20.000 €, mais on peut aussi en louer). En gros, c’est le plaisir de la moto en toute stabilité. Alors si on peut chanter « Born to be Wild » sans se casser la figure, pourquoi se priver ?

vintage

La bonne vieille réclame

« Nous ne sommes pas sans rival, mais nous sommes sans égal ! » Un démonstrateur qui propose poêles, faitout et sauteuses, a choisi les bonnes recettes de la bonne vieille réclame d’il y a quelques décennies. Et pour appuyer son argumentaire sur la solidité de son matériel, la corne d’un rhinocéros prête à enfoncer une poêle, comme les éléphants qui montaient sur les valises autrefois. Les éléments du message sont simples et clairs. Est-ce que la publicité moderne, et tout son bazar psychoneuronal, est plus efficace ? Il faudrait le prouver.

Source : http://www.lanouvellerepublique.fr/Indre-et-Loire/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2013/05/12/L-addition-sur-tablette-1462163

Enhanced by Zemanta
Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Cet article a été écrit par :