L’hôtel qui veut laisser son Empreinte sur Orléans

342 lectures

Pour ceux qui ont connu l’ancienne bourse du travail  et la CGT l’immeuble du 80 quai du Châtelet à Orléans représente une révolution totale. Certes la façade de l’immeuble classé a été conservée et mise en valeur.

DSCF0928Mais l’intérieur de la coque a subi une restructuration totale pour laisser place à l’Hôtel Empreinte, bel établissement 4 étoiles et 33 chambres dont 5 suites ouvert depuis mercredi par Lydia et Pascal Desbois. Ce couple, qui tenait, il y a quelque temps, un hôtel à La Ferté Saint Cyr en Sologne, a bien sûr voulu créer l’événement par le luxe de l’aménagement intérieur, la décoration chic et l’ambiance cosy créée par l’architecte orléanais Jacques Loiseau qui signe ici une de ses plus belles réalisations. Mais l’enseigne de l’établissement –indépendant de toute chaîne et réseau- est à lui seul une charte, un engagement et un résumé de la « philosophie » du couple Desbois.

Passeurs d’histoire

Empreinte 3

Lydia et Pascal Desbois

« Nous sommes les représentants de l’histoire, insiste Jacques Desbois, nous ne voulions pas simplement ouvrir un hôtel mais aussi nous afficher comme acteurs de l’économie locale, comme passeurs d’une histoire particulièrement riche et dans laquelle notre établissement veut laisser son empreinte ». Les chambres ont d’ailleurs été spécialement décorées, notamment avec des papiers peints évoquant les savoir faire locaux : Cotignac, vinaigre Martin Pouret, vaisselle de Gien, verres Duralex, cloches Bollée tandis que d’autres évoquent les grandes figures comme Jeanne d’Arc. « Les touristes et hommes d’affaires sont friands d’hôtels inscrits dans leur histoire, poursuit Pascal Desbois, et de chambres qu’ils ne veulent plus anonymes comme dans de trop nombreux hôtels ». C’est aussi cet engagement qui doit permettre aux touristes de rester un peu plus longtemps sur Orléans et de ne plus filer comme un éclair après avoir jeté un coup d’œil sur la cathédrale et la vieille ville.

DSCF0911Mais ces hôteliers veulent aussi accompagner le développement d’Orléans : « la ville s’est faite belle, les touristes sont de plus en plus nombreux, les hommes d’affaires sont là, il y a un potentiel pour un bel établissement ». C’est donc sur ce pari du rayonnement de la ville que Pascal et Lydia Desbois ont construit leur projet coûteux, difficile techniquement et donc osé commercialement. « Mais nous avons des atouts, insistent-ils, un bel hôtel, sans doute le plus beau, un emplacement privilégié en bord de Loire, des chambres avec vues sur Loire, la proximité des restaurants, lieux de culture et de stationnement ». 

source : mag centre

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Cet article a été écrit par :

Les commentaires sont fermés