Arras : l’École des chefs vient d’ouvrir ses portes à la citadelle

453 lectures

PAR JULIEN LECHEVESTRIER 27 janvier 2015 VDN

Au cœur de la citadelle, dans la salle de l’Ordinaire, l’École des chefs vient d’ouvrir. Jessica, ancienne juriste, a décidé de se reconvertir dans la restauration. Cette Arrageoise de 33 ans, après sa formation de deux mois et demi, compte ouvrir un concept traiteur ou un food truck.


Jessica (à gauche) et Marion en pleine leçon avec le chef étoilé Jean-Luc Germond à l’École des chefs.

« J’ai été juriste à Lille pendant plus de huit ans dans les services à la personne, dans un cabinet d’avocat et dans une chaîne de restauration. Mais je ne m’épanouissais pas dans ce travail. J’allais très souvent au resto, mais ce n’était pas forcément une passion. Cela peut paraître drôle, mais j’ai eu le déclic quand j’ai travaillé chez Flunch ! En intégration, on tourne sur tous les postes. J’ai adoré tout ce qui touchait à la restauration. Et là où j’ai été le moins heureuse, c’est quand j’étais aux ressources humaines ! En plus, ma sœur suivait un CAP cuisine. On a choisi de monter un projet culinaire ensemble. »

Avec Marion Masseloi, Jessica Hedhli est la toute première pensionnaire de l’École des chefs. Ce lieu, spécialisé dans l’apprentissage des métiers de la cuisine et du service en salle, vient tout juste d’ouvrir. au cœur de la citadelle Vauban. L’école a pris ses quartiers dans la salle de l’Ordinaire en face du bâtiment de la communauté urbaine d’Arras.

7 000 euros pour la formation

« Je cherchais une formation courte, je ne voulais pas me relancer dans des études longues. Il faut aller à Paris pour suivre des formations accélérées chez de très grands noms comme Lenôtre. Au nord de la capitale, ce n’est pas évident », poursuit Jessica. Arrageoise d’origine, elle guettait l’ouverture de cette École des chefs à la citadelle. « J’en avais entendu parler il y a un an et demi. Quand j’ai vu l’ouverture prochaine sur Internet, j’ai tout de suite repris contact avec Stéphane Delrue, le directeur. »

Depuis le 12 janvier, Jessica suit les différentes sessions auprès de chefs étoilés retirés des fourneaux, qui se consacrent désormais aux cours culinaires, comme Jean-Pierre Dargent (La Faisanderie, Arras) ou Jean-Luc Germond (Le Sébastopol à Lille). « J’avais mon expérience de cuisinière ménagère. Avec cette formation, on apprend les réflexes de professionnels. Comme l’hygiène, par exemple, qui est primordiale quand on se lance dans la restauration. »

En ce moment, la future chef suit une session avec Jean-Luc Germond autour des poissons et garnitures. Une autre sur les desserts suivra. Puis un stage de trois semaines dans un grand restaurant.

Cette formation rapide et de qualité a forcément un prix. « 7 000 € pour les deux mois et mon stage. Mais une partie a été financée par Pôle emploi en tant que créatrice d’entreprise. » Après son passage sur les bancs de l’École des chefs, Jessica compte travailler en famille. «Avec ma sœur, qui a suivi un CAP cuisine, nous avons déjà investi dans un local dans la campagne arrageoise. Nous voulons ouvrir un concept basé sur les circuits courts. Pas un resto à proprement parlé, mais pourquoi pas un genre food truck. Et proposer un service traiteur également avec priorité au locavore et aux produits de saison ! »

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Cet article a été écrit par :