Emmanuel Renault triple étoilé Michelin selon le point!

194 lectures

C’était en février 2011. Il y a un an. Autant dire hier. Sur cette route de Leutaz perchée au beau milieu du massif du Mont-Blanc. Tiraillée entre les glaciers bleus et les fermes d’alpage perdues dans les nuages. Emmanuel Renaut, le chef des Flocons de sel à Megève (Haute-Savoie), confiait son rêve de môme, tout en restant mesuré à l’évocation de décrocher la “lune”.

Le 27 février, sa “lune” ne sera plus un fantasme. D’après les informations du Point.fr, le meilleur ouvrier de France fera son entrée ce jour-là dans le cercle très fermé des trois-étoiles du Guide Michelin 2012 : seulement 25 restaurants en 2011. Une consécration pour l’ex-chef de Marc Veyrat à Veyrier-du-Lac, dont la cuisine fait la part belle aux trésors de la montagne et du lac Léman. L’un de ses chefs-d’oeuvre ? Les noix de ris de veau dorées, jus réduit Angostura, purée d’échalotes grises, champignons des bois et gratin savoyard.

Labbé et Marx retrouvent leur rang

Cette promotion 2012 du livre rouge verra une dizaine de tables obtenir leur deuxième étoile. C’est ce qui attend les restaurants des palaces parisiens du Shangri-La et du Mandarin oriental. Arrivés dans la capitale depuis 2011, les chefs Philippe Labbé (L’Abeille) et Thierry Marx (Le Sur Mesure) n’auront pas tardé à récupérer les deux macarons qu’ils avaient respectivement à la Chèvre d’Or à Èze Village et au Château Cordeillan-Bages à Pauillac.

Toujours selon nos informations, parmi les autres lauréats deux-étoiles de ce cru, on notera Philippe Mille aux Crayères à Reims. Débarqué à l’automne 2009 en Champagne, l’ancien lieutenant de Yannick Alléno au Meurice à Paris, à qui l’on avait – étrangement – retiré les deux étoiles en 2010 (alors que le Michelin avait à peine eu le temps de pouvoir le visiter), va revenir à la hauteur de son voisin de Tinqueux, Arnaud Lallement (L’Assiette champenoise). Cela promet une belle bataille entre les deux toques !

Espoirs deux étoiles en 2011, Franck Putelat au Parc à Carcassonne (Aude) et Serge Vieira avec son restaurant du même nom à Chaudes-Aigues (Cantal) sont promus deux étoiles. Une récompense que devraient certainement recevoir Jean-Denis Rieubland au Chantecler, la table de l’hôtel du Negresco à Nice, mais aussi Mauro Colagreco au Mirazur à Menton et Jean-Luc Tartarin et son restaurant du même nom au Havre.

Le Michelin 2012 ne devrait pas inverser la hiérarchie des “super-chefs” : Joël Robuchon et Alain Ducasse resteront à la tête d’une constellation d’étoiles… Une quinzaine de macarons à eux deux !

Par THIBAUT DANANCHER
Réduire le texte
Grossir le texte

20120215-231146.jpg

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Cet article a été écrit par :