Ouverture de l’Intercontinental à Marseille

509 lectures

http://youtu.be/MMGf092ZppYreso_l-ancien-hotel-dieu-transforme-en-hotel-cinq-etoiles-le-25-avril-2013-a-marseille

Symbole du luxe et de la démesure de l’hôtellerie haut de gamme, la “suite présidentielle” du tout nouvel InterContinental Marseille Hôtel Dieu a enregistré hier une affluence qu’elle ne connaîtra sans doute jamais plus. Cet appartement exclusif constituait en effet le clou de la visite proposée en avant-première aux quelque 350 invités du groupe IHG (InterContinental Hotels Group), à l’occasion de l’inauguration officielle de cet établissement ; le troisième 5 étoiles que compte désormais la cité phocéenne après le Sofitel Vieux-Port et le Petit Nice.

Il faut dire qu’avec sa surface de 156 m² et son interminable terrasse de 80 m² avec vue imprenable sur le Vieux-Port et Notre-Dame-de-la-Garde, cette suite de tous les superlatifs aura collectionné les commentaires admiratifs… jusqu’à l’annonce de son prix : 4 000 € la nuit.

Signée Jean-Philippe Nuel en association avec Tangram Architectes et Volume ABC, comme l’ensemble des décorations intérieures de l’hôtel, cette suite fait partie des 194 chambres aménagées dans l’ancien hôpital ; établissement dont la configuration actuelle date de 1866 et dont la transformation aura nécessité trois ans de travaux pour un investissement de 125 M€ incluant 85 logements locatifs, trois commerces et 222 places de parking.

L’espace culturel au sein de l’hôtel Dieu sera ouvert au public…

Une fois n’est pas coutume, ce n’est pas la découpe d’un ruban aux couleurs de Marseille ou de la France qui a officialisé la livraison de l’hôtel, ni même la remise des clefs de l’établissement à son propriétaire, mais la mise en lumière d’un objet chargé d’histoire : un fragment de sol romain datant du Ier siècle après J.-C. Découvert sur le site lors des fouilles préventives, il sera exposé au sein de l’espace culturel de l’hôtel ; espace dont la vocation est d’être ouvert au public.

Cette cérémonie était présidée par le sénateur-maire UMP de Marseille, en présence du président du conseil d’administration d’IHG, Patrick Cescau, et du président PS de la Communauté urbaine, Eugène Caselli. Jean-Claude Gaudin profitait d’ailleurs de l’occasion pour rendre un hommage appuyé aux investisseurs (Axa Real Estate, IHG et Altarea Cogedim) : “Vous avez fait preuve d’un sacré courage en maintenant votre projet alors que la crise s’amorçait et que vous auriez pu y renoncer”.

Le restaurant gastronomique ouvrira début septembre

Concernant l’ouverture effective de l’hôtel, sa directrice générale, Madelijn Vervoord, précisait que les premiers clients seraient accueillis “dans les tout prochains jours ; sans doute samedi ou dimanche”. Le snack et le bar de l’hôtel ouvrent leurs portes dès aujourd’hui. Quant au restaurant gastronomique confié au chef marseillais Lionel Lévy, il recevra ses premiers convives au début du mois de septembre.


“Nos 71 millions de clients vont découvrir Marseille”

Vice-président des opérations pour l’Europe de l’Ouest chez IHG, Didier Boidin (voir photo n°5) croit plus que jamais en l’avenir du tourisme très haut de gamme dans la cité phocéenne.

Comment avez-vous intégré Marseille dans votre stratégie de développement ?
Didier Boidin :
 “Ma première visite ici date d’il y a 7 ans. J’étais accompagné du regretté Henri Loisel et j’ai tout de suite adhéré au projet Hôtel Dieu qu’il me présentait. Nous voulons positionner cette ville comme l’une des plate-formes déterminantes du tourisme mondial et nous savons que nous avons fait le bon choix.

Comment allez-vous inciter vos clients internationaux à s’intéresser à Marseille ?
D.B. :
 Nous allons principalement communiquer par le biais de notre programme de fidélité qui compte près de 71 millions de membres sur l’ensemble de la planète. Ce sont autant de personnes qui vont pouvoir découvrir l’Hôtel Dieu et à travers lui, le formidable potentiel de la ville.

L’image de Marseille apparaît dégradée dans de nombreuses enquêtes d’opinion. Craignez-vous un impact négatif sur l’activité de votre établissement ?
D.B. : Ce n’est absolument pas un souci pour nous. Souvenez-vous de Barcelone avant les Jeux olympiques et voyez ce qu’elle est aujourd’hui. Certes, ici, il y a encore beaucoup de travail à faire mais quand on voit ce qu’est devenue Marseille en dix ans, nous avons hâte de vivre les dix années suivantes. Nous nous sommes lancés dans cette aventure et devons tenir nos promesses, mais la ville doit nous accompagner et améliorer ce qui peut l’être. Nous lui dirons ce que nous pensons de notre environnement, en toute franchise, et ce que les clients nous feront remonter. Et nous trouverons ensemble des solutions.”

Philippe Gallini

Source : La Provence

 

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Cet article a été écrit par :