Avant de tout casser à l’Hotel Lotti, Jean Louis Costes vend les meubles

2 259 lectures

L’hôtel Costes vend les meubles de l’hôtel Lotti… En quelque sorte.

hotel lotti costes

Jean Louis Costes  a acheté l’Hôtel Lotti, rue de Castiglione, limitrophe de l’Hôtel Costes, pour 120 millions d’euros. Un coup de maître de l’ancien employé du Plaza, plus de trois cents chambres à la vente. Jean-Louis Costes dont la fortune dépasserait 100 millions d’euros est devenu un hôtelier familial à l’heure où des groupes internationaux se battent pour tout raffler sur Paris. Le Lotti est mitoyen de l’Hotel Costes, la verrière du Lotti jouxte l’arrière du Costes. les deux hotels ont été en procès pour des défauts de travaux. Jean Louis Costes a du casser sa tirelire et du vendre le Costes K pour financer ce virage.

Un hotel de luxe en travaux se doit de vendre ses meubles devenus des objets de référence

Au cœur du quartier Vendôme, Le Lotti est un hôtel de luxe empreint d’un charme discret. La stratégie la plu simpliste voudrait que Jean Louis Costes rassemble ses deux hôtels pour rejoindre dans la course les derniers palaces. Mais rien n’est sur. en attendant pour faire parler du Lotti, le bel endormi, rien de mieux qu’une vente aux enchères médiatisée.

Au cours de son histoire, qui débute avec le duc de Westminster, il a reçu nombre de membres de l’aristocratie européenne et de l’élite politique ou artistique – de Wallis Simpson et Edouard d’Angleterre aux Rolling Stones.

patio du lotti et costes

L’entier mobilier qui garnit les chambres et les espaces de réception de l’hôtel sera dispersé, sur place, par Villanfray & Associés pendant trois jours.

Avec des estimations comprises entre 100 et 10 000 €, les enchères offriront à tous les amateurs l’occasion d’acquérir des parcelles de son histoire : des tableaux anciens, des gravures, de la vaisselle, du mobilier d’époque et de style, du mobilier de jardin ou encore sa verrière.

SON HISTOIRE :

Situé rue de Castiglione, entre la place Vendôme et le jardin des Tuileries, Le Lotti ouvrit ses 123 chambres en 1910, sous l’impulsion du duc de Westminster.

Séjournant régulièrement à Paris à la Belle Époque, mais lassé des palaces sans intimité, le duc finança son maître d’hôtel attitré au Continental, Monsieur Lotti, pour acquérir l’hôtel de Liverpool tout proche et le faire aménager selon ses goûts. Succès immédiat, l’établissement fut surnommé « le plus petit des grands hôtels parisiens ».

Grâce au duc de Westminster, le lieu devint rapidement l’adresse favorite de l’aristocratie anglaise et des familles princières belges à Paris.

Mrs Wallis Simpson et Edouard d’Angleterre, fils de George V, y descendaient régulièrement pour y vivre leur romance.

Nombreux furent aussi les artistes et personnalités politiques à le fréquenter : Coco Chanel, Jean Cocteau, Pablo Picasso, Winston Churchill, Robert Kennedy, Richard Nixon, Paul McCartney, Hergé, Claudia Cardinal, Paul Newman, Jane Fonda, Jane Birkin, les Rolling Stones, Karl Lagerfeld

L’établissement connut même une certaine fortune littéraire. « L’hôtel X rue de Castiglione » que mentionne George Orwell dans Down and out in Paris and London n’est autre que Le Lotti, où l’écrivain aurait d’ailleurs travaillé.

PARMI LES PIÈCES PROPOSÉES :

  • Portrait de femme à l’éventail avec son fils, école génoise du XVIIe siècle, entourage de Giovanni Maria DELLEPIANE, dit IL MULINARETTO (1660-1745). (8 000 / 12 000 €) ;
  • Portrait d’homme au livre, huile sur toile signée Johannes VERELST (1648-1734), datée « 1713 ». Cadre en bois doré de la fin du XVIIe siècle. (6 000 / 8 000 €) ;
  • Commode à façade et côtés galbés en marqueterie de bois de violette, du début de l’époque Louis XV. Riche ornementation de bronzes vernis et dessus de marbre rose. Estampillée André-Antoine LARDIN (1724-1790). (10 000 / 12 000 €) ;
  • Grande table à gibier de style Louis XIV, en bois sculpté et doré à décor de volutes ajourées. (4 000 / 5 000 €) ;
  • Verrière rectangulaire dans l’esprit « Ballroom», à décor polychrome peint de vigne vierge aux couleurs automnales, rosace octogonale en son centre. France, circa 2000. Signée et datée. Atelier Desmé-Salangre. (3 000 / 5 000 €).

Vente aux enchères publiques :

14, 15 et 16 mai 2014 à 14h

Hôtel Lotti – 7, rue de Castiglione – Paris 1er

Expositions publiques :

Lundi 12 et mardi 13 mai 2014 de 11h à 19h

Hôtel Lotti – 7, rue de Castiglione – Paris 1e

Pour rappel le mythique Patio de l’hôtel Costes

cotses et son tigre qui pleure

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Cet article a été écrit par :

mm

Directrice générale de Reso France, Marie partage avec vous l'actualité de l'emploi et des ressources humaines.